Actu

Espagne : 40 % des enfants sous le seuil de pauvreté

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la pauvreté infantile gagne du terrain en Europe à cause de la crise économique et des politiques d’austérité. En Espagne, 40 % des enfants sont sous le seuil de pauvreté, avec une augmentation de 9 % entre 2008 et 2014. Seules la Grèce et la Roumanie connaissent une situation encore plus dégradée (voir l’article d’EurActiv).

Les chiffres de l’institut de statistiques espagnol sur lesquels s’appuie l’Unicef montrent que l’investissement dans la protection sociale des familles et des enfants a baissé de 11,5 milliards d’euros entre 2009 et 2015, une conséquence directe des mesures austéritaires exigées par Bruxelles et appliquées par Madrid.

Les conséquences ont été particulièrement sévères dans les foyers modestes avec enfants, dans les familles monoparentales et parmi les adolescents. La pauvreté infantile a connu une augmentation considérable (56 %) dans les foyers comportant quatre personnes – deux adultes et deux enfants – avec des revenus inférieurs à 700 euros par mois.

Parmi les pays riches, les deux tiers d’enfants pauvres en plus sont en Europe.

D’après cette première étude internationale sur les effets de la crise économique et de l’austérité sur les enfants, la pauvreté infantile a augmenté dans la plupart des pays riches entre 2008 et 2014. Mais c’est dans les pays européens que le bond est le plus frappant : deux tiers des enfants pauvres en plus pendant la période considérée sont en Europe.

À Chypre, en Grèce et en Islande (hors UE), la hausse est de 15 % ; elle se situe entre 7 et 9 % en Hongrie, en Italie, en Irlande et en Espagne.

L’Unicef précise qu’aucun pays n’a augmenté ses dépenses en matière d’allocations familiales, deux tiers d’entre eux les ont même réduites.

Les grands accomplissements des politiques d’austérité ne cessent de se révéler. Il est regrettable qu’ils soient si peu médiatisés.

Partager :