Actu

Leurre de Bruxelles

L'heure de Bruxelles

Chapeau, Jean-Claude !

Le président de la Commission européenne vient de mener avec succès une brillante opération de communication. Ce n’est pas si souvent que Jean-Claude Juncker passe aux journaux télévisés et radiophoniques « grand public ». Non que les patrons de presse, tant dans le service public que sur les chaînes privées, veuillent censurer Bruxelles – au contraire.

Mais, aussi désagréable que soit pour eux le constat, la réalité est rude : évoquer l’Union européenne, c’est à coup sûr risquer une chute brutale de l’audimat, tant la cuisine bruxelloise reste étrangère aux citoyens des différents pays membres.

C’est d’ailleurs regrettable. Le rôle souvent déterminant des décisions, orientations ou consignes de l’UE est largement sous-estimé par les peuples, car traité avec grande discrétion par nombre d’organisations ou de syndicats. Pourtant, il y a peu de politiques nationales qui ne soient impulsées par la machine communautaire. Derniers exemples en France : la déstabilisation du code du travail, tout comme la réforme du rail.

De leur côté, les Grecs en savent quelque chose : l’incroyable austérité qui leur a été imposée, et la tutelle économico-politique qui va perdurer, ont été et sont orchestrées à Bruxelles.

tous ces thèmes, qui se heurtent, au mieux, à l’indifférence des « citoyens européens », devraient être évoqués dans le « discours sur l’état de l’union » que va prononcer M. Juncker dans quelques jours

Sur un autre plan, les tentatives – toujours infructueuses à ce jour – d’établir une politique migratoire unique ne sont pas pour rien dans la montée des tensions populaires. Intégration monétaire et budgétaire plus poussée (espérée en particulier par Emmanuel Macron, mais qui provoque de nouvelles divisions parmi les Vingt-sept), perspectives d’« élargissement » de l’UE vers de nouveaux pays des Balkans, désespoir face à la politique commerciale américaine, phobie d’une agression russe (au moins digitale, et peut-être même blindée, selon les dirigeants baltes ou polonais) : tous ces thèmes, qui se heurtent, au mieux, à l’indifférence des « citoyens européens », devraient être évoqués dans le « discours sur l’état de l’union » que va prononcer M. Juncker dans quelques jours (le 12 septembre).

Mais cette coutume annuelle directement importée de Washington par ceux qui rêvaient encore il y a peu des « Etats-Unis d’Europe » fait traditionnellement un flop : personne n’y prête intérêt, à part bien sûr dans la bulle strasbourgeoise de l’europarlement.

Astuce géniale

Dès lors, un communiquant a dû trouver cette astuce géniale : parlons… du changement d’heure. La Commission vient donc de révéler qu’une toute récente « consultation en ligne » sur ce sujet a connu un grand succès. Et qu’une majorité d’internautes aurait plébiscité le maintien de l’heure d’été tout au long de l’année. Au regard des thèmes précédemment évoqués, voilà enfin un sujet important.

Qui a donc valu une glorieuse exposition médiatique à l’ex-Premier ministre luxembourgeois. Celui-ci ne s’est pas privé de marteler que, cette fois, la voix des citoyens serait entendue.

Quand un référendum est organisé sur un traité européen, on prie le bon peuple de revoter – ou bien on inverse le résultat. Mais quand il s’agit d’un sondage en ligne sur une question aussi essentielle, Bruxelles, c’est juré, va se soumettre à la vox populi.

Partager :