Actu

Le taux de pauvreté grimpe en Allemagne

Le taux de pauvreté a encore grimpé en Allemagne en 2015. Selon un rapport que viennent de publier plusieurs associations de solidarité reprenant les chiffres officiels, il y avait, cette année-là, 12,9 millions de personnes – soit 15,7% de la population – vivant avec moins de 60% du revenu médian. En 2006, ce taux s’établissait à 14%.

Après Brême, c’est Berlin qui détient la palme de la pauvreté. La capitale comptait en 2015 22,4% de personnes en grande difficulté, soit 5,4 points de plus qu’en 2006. Les pauvres se recrutent prioritairement parmi les citoyens dépendant de l’allocation « Harz IV », l’équivalent du RSA.

Cette tendance s’était notamment dessinée depuis les mesures de flexibilisation du marché du travail décidées par l’ex-chancelier social-démocrate Gerhard Schröder entre 2003 et 2005, connues sous le nom d’« agenda 2010 ».

Selon le discours officiel, ce sont ces réformes qui ont permis à l’Allemagne de devenir l’exemple de réussite économique au sein de l’Union européenne.

Le 3 mars, le quotidien populaire berlinois Berliner Kurier consacrait sa Une à ce thème et titrait : « la pauvreté est la première cause de décès ». De fait, l’espérance de vie des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 70,1 ans ; celle des citoyens disposant de plus de 150% du revenu médian est de 80,9 ans. Un écart qui se creuse.

 

Partager :