Actu

Souveraineté : Ruptures organise une réunion publique le 9 février 2018 à l’ENS

acropole

Ruptures organise le 9 février une importante initiative publique. Prévue à l’École normale supérieure, elle mettra en présence des invités de marque pour un débat sur un thème fondamental… ancré dans l’actualité brulante.

Voici l’état actuel du programme. N’hésitez pas à vous inscrire sans attendre.

LES RENCONTRES DE RUPTURES

SOUVERAINETÉ… MAIS QUI DÉCIDE VRAIMENT ? ET QUI INFLUENCE ?

 VENDREDI 9 FÉVRIER
18h00 – 20h30

à l’École normale supérieure
(ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris – amphi Rataud)

 

Pour Emmanuel Macron, la souveraineté doit être « européenne ». Mais que cache un tel oxymore ? Que deviennent les peuples ? Comment les élites dirigeantes conçoivent-elles la démocratie ?

 

Quel rôle réel jouent les grands médias ? Et pourquoi les dirigeants européens – français, en particulier – partent-ils en guerre contre les « fake news » (mensonges, fausses nouvelles) ? Comment construisent-ils un ennemi bien utile, en l’occurrence la Russie ?

 

Et quelles conséquences dans l’actualité – Allemagne, France… et Royaume-Uni – de la « démocratie » à l’européenne ?

 

Invités notamment  : Marie-Françoise Bechtel (République moderne), Jean Bricmont (Université catholique de Louvain), Bruno Drweski (INALCO), John Laughland (IDC), Jacques Sapir (EHESS), Florian Warweg (politologue allemand).

Débat animé et conclu par Pierre Lévy (Ruptures).

*          *          *

Le nombre de places étant limité, la réservation est fortement conseillée.
S’inscrire à l’adresse : rencontres@ruptures-presse.fr

*          *          *

La démocratie et la souveraineté populaire vues par les « élites » européennes :

«  Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités […]. Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens.  »
Jean-Claude Juncker (janvier 2015), président de la Commission européenne

«  Interroger un pays sur des sujets extrêmement compliqués – on l’a vu au moment du traité constitutionnel –  aboutit à une inconscience collective . »
Alain Minc (octobre 2010), essayiste

«  Il faut arrêter de penser que les élites sont mauvaises et que le peuple est bon. Je ne crois pas que le peuple, dans sa grande sagesse, est capable de tout comprendre . »
Sylvie Goulard (mai 2016), ancien ministre

«  Nous ne ferons pas l’erreur de David Cameron, rassurez-vous. Nous n’allons pas faire de référendum sur la sortie de la France de l’Union européenne, ça, je puis vous l’assurer . »
Ségolène Royal (juillet 2016), ancien ministre, ancienne candidate à l’élection présidentielle

«  Assumer la responsabilité [des résultats électoraux], cela veut dire [pour les chefs de parti] ne pas redonner ce mandat aux électeurs . »
Frank-Walter Steinmeier (décembre 2017), président allemand

 

 

 

Partager :
  • Andreas Loebell

    on aimerait savoir pourquoi le chantre du FREXIT, François Asselineau, n’a pas participé à cet événement. N’a-t-il pas été invité ? Trop à droite ? trop conspirationniste ? trop autrechose ? ou bien n’a-t-il pas voulu venir ? Très étrange pour une publication qui s’affirme radicalement eurocritique.