Actu Perles

Quand « Ruptures » contraint Nicolas Berggruen à faire le ménage sur son compte Twitter

Notre article sur Nicolas Berggruen, le milliardaire américano-allemand à la tête du think tank qui a généreusement rémunéré Sylvie Goulard pour « promouvoir une meilleure gouvernance mondiale et européenne », mentionne un message publié sur le compte Twitter du financier le 24 mai 2017.

Voici la traduction du tweet en question :

« Le paradoxe de la démocratie : afin de sauver la démocratie, nous devrons peut-être en avoir moins. »

Le 29 juin, moins de 24 heures après la mise en ligne de notre texte, Nicolas Berggruen supprimait ce message pourtant éclairant quant à sa vision « paradoxale » de la démocratie.

Heureusement (pour l’édification des amateurs de pensée subtile), nous avions anticipé l’éventualité d’une telle dérobade en faisant une saisie d’écran de ce tweet 1984-esque. La voici :

L’équipe de Ruptures peine à se remettre d’une nouvelle troublante : il y a un milliardaire parmi les lecteurs. Toutefois, après vérification, il apparaît que M. Berggruen ne fait pas partie des abonnés au mensuel ; il se limite à la consultation du site, dont le contenu est intégralement en accès gratuit (et diffère de celui du journal papier).

Nous indiquons donc au munificent mécène de Mme Goulard la page qui lui permettra de souscrire un abonnement (inutile d’aller jusqu’à acquérir 15 % de notre – très modeste – capital et de siéger à notre – très hypothétique – conseil d’administration comme il l’a fait avec Le Monde). Nous espérons qu’il ne sera pas trop déstabilisé par l’absence d’une formule « spéciale milliardaire » avec un prélèvement mensuel de 10 000 euros.

Partager :
  • Antoine Menard

    Haha

  • JiPé de Nancy

    Excellent 🙂

  • Gabriel Galice

    C’est exactement la préconisation du rapport de la Trilatérale en 1975 : il faut limiter la croissance démocratique

  • Supporter

    Voilà pour ceux qui doutaient encore de la réalité de l’hégémonie germano-américaine sur l’Europe. Ceux qui, justement, ont élu le plus digne représentant de cette ligne politique européenne : le ci-devant très élitiste, très respectable, très soumis, très germano-compatible : j’ai nommé le magnifique Macron génie-sans-bouillir dont le prochain coup d’éclat serait de faire élire le très ambitieux, très opportuniste, très carriériste Moscovici comme Président de la commission européenne afin de parachever l’œuvre « en marche » de destruction de la Nation française